Ceux qui auront le pouvoir demain sont ceux qui seront capable de comprendre et d’intégrer la technologie à leur choix éthiques, politiques et à leur capacité de faire.

 

Emmanuelle Roux a ouvert le cycle « Qui aura le pouvoir demain ? » organisé par le Conseil du Développement de Loire-Atlantique (CDLA) avec une conférence axée sur les mirages et les miracles du numériques. Algorithmes, apprentissage du code, appropriation de la technologie, choix politiques et éthiques, Emmanuelle Roux aborde des sujets cruciaux qui sont en train de changer notre manière de vivre, travailler, produire, échanger et apprendre.

 

 

 

Le citoyen doit être en capacité de comprendre que la technologie, comme par exemple l’algorithme de l’éducation nationale, c’est d’abord un choix humain, un choix de pensée, ce n’est pas magique.

 

************

Cycle à suivre au CDLA : QUI AURA LE POUVOIR DEMAIN ?
Depuis quelques années maintenant, on nous annonce un raz-de-marée numérique, une révolution du digital. Tout devait aller vite et permettre de remettre en question les systèmes établis. Chacun devait avoir sa chance, la connaissance étant partagée, gratuitement sur les réseaux sociaux et autres MOOC. Sauf que Steve Jobs, Elon Musk, Larry Page, Marc Zuckerberg, Jeff Bezos, les figures iconiques du numérique, sont toutes des hommes, blancs, américains, milliardaires et puissants ; les fameux « Pères » fondateurs de la Silicon Valley. In fine, le pouvoir semble rester concentré entre quelques mains. L’histoire se répèterait-elle, à cela près que les leaders politiques ont fait place aux leaders 2.0 ? Où le système a-t-il bugué ?